Visiophone : comment l’entrée du bâtiment va évoluer pour plus de services dans nos logements ?

Jérôme de Lono

17 Sep

5 min. pour lire

Il est une question qui revient assez souvent dans la bouche des MOA/MOE, le visiophone est-il une fonctionnalité du SmartBuilding, de la SmartHome ou les deux ?

Si jusqu’à présent le visiophone connecté était considéré comme une fonctionnalité uniquement intégrée dans le SmartBuilding, les nouveaux services émergents via le contrôle d’accès rapprochent dorénavant plus cette fonctionnalité de la SmartHome. En effet, si l’aspect sécuritaire est l’une des fonctionnalités les plus plébiscitées grâce à la possibilité de répondre, peu importe où vous vous trouvez dans le monde (ou dans votre logement) à une personne qui sonne en bas chez soi et ce, sans que cette dernière en soi consciente, les visiophones ont dorénavant bien mieux à proposer qu’un simple flux vidéo et une gâche électrique d’ouverture de porte.

Le cas des livraisons

Avec l’optimisation vertigineuse des plateformes logistiques, l’achat en ligne est devenu une commodité pour de nombreux utilisateurs, cependant, la livraison des derniers mètres reste encore une action pouvant gripper l’ensemble du système. Qui n’a jamais eu à attendre la livraison de son colis à une heure précise ou dû bloquer une journée entière, parfois pour rien, simplement pour accueillir son bien ? Du côté des livreurs, c’est les mêmes problématiques : puis-je accéder à la boîte aux lettres et est-ce que le colis rentrera ? le client sera-t-il présent à mon arrivée ?
C’est d’ailleurs pour cela que nous sommes souvent appelés avant le passage du livreur, car se garer, prendre le colis dans la camionnette, se rendre en bas de chez vous, sonner et s’apercevoir que vous êtes absent sans pouvoir déposer votre colis est une perte de temps et d’argent qui, multipliée par le volume annuel de livraisons, impacte sérieusement le bénéfice des entreprises de logistique.

Les Boites aux lettres, derniers remparts de la logistique

Parmi les solutions pouvant répondre à cette problématique nous voyons émergé des boîtes aux lettres connectées mises à disposition dans les halls d’entrée des bâtiments :

Comme on peut le constater, ces boîtes aux lettres, aux formats variés et calculés en fonction du nombre de résidents dans le bâtiment, répondent parfaitement aux problématiques citées précédemment. Il existe même des boîtes aux lettres réfrigérées permettant ainsi la livraison de courses durant votre absence, sans se soucier de la chaîne du froid, ni de la nécessité de passer par un drive.

Ajoutez à cela des services de e-conciergeries s’appuyant sur des commerces de proximité et vous pourrez simplement déposer des vêtements dans une des boîtes aux lettres connectées en partant le matin pour récupérer des vêtements passés par le pressing en rentrant le soir. Mais le coût de ces boites aux lettres connectées ainsi que leur exploitation est un point encore bloquant pour une démocratisation de masse.

Néanmoins, si, pour des raisons de sécurité (et d’habitudes !), les boîtes aux lettres se doivent d’être dans un hall, l’accès à ce hall peut s’avérer complexe pour la multitude d’acteurs de la logistique. En effet, seule La Poste possède un badge d’accès générique (vigik) à ces halls, les autres livreurs se retrouvent souvent bloqués à l’extérieur et dans l’incapacité d’accéder à ces boîtes aux lettres. C’est à ce moment que le visiophone entre en action !

Mais ce n’est pas tout, de nouveaux usages sociétaux tels que AirBnB ou les services à la personne (soins médicaux à domicile, coiffure à domicile, aide ménagère…) viennent renforcer le besoin d’un contrôle d’accès sécurisé et automatisé.

En effet, être en mesure de visualiser la personne qui tente de pénétrer dans le hall et connaître ses intentions procure une réassurance indéniable facilitant ainsi l’octroi de l’accès aux boîtes aux lettres. Mais ce n’est pas tout, de nouveaux usages sociétaux tels que AirBnB ou les services à la personne (soins médicaux à domicile, coiffure à domicile, aide ménagère…) viennent renforcer le besoin d’un contrôle d’accès sécurisé et automatisé. Ainsi, en mutualisant contrôle d’accès du bâtiment et à l’avenir, une serrure connectée sur votre porte d’entrée, il vous sera possible d’administrer qui peut accéder à votre boîte aux lettres ou si vous le désirez, à votre logement. Mais comment simplifier cela pour l’ensemble des utilisateurs ?

C’est là que des visiophones nouvelles générations doivent entrer en action et rejoindre ainsi les fonctionnalités immobilières de la SmartHome. Comment ?

En appliquant les mêmes principes que l’industrie automobile. En effet, les innovations numériques de l’industrie automobile précèdent souvent celles du bâtiment (cf . Comment va évoluer le logement dans les prochaines années ?) et encore une fois, il y a des enseignements que nous pouvons acquérir et intégrer. Ainsi, après avoir proposé leur propre système de navigation, leur propre système de gestion de la diffusion sonore, leur propre système de gestion des appels etc…les constructeurs automobiles ont eu la lucidité d’intégrer, en plus de leur système embarqué, ceux des smartphones :

L’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi fait entrer Google dans ses véhicules

Pour cela, il a fallu travailler sur 2 éléments :

  • Un système embarqué permettant de gérer les fonctionnalités basiques de la voiture (chauffage/climatisation, essence restante, distance parcourue…)
  • Un système agnostique permettant d’accueillir soit des iPhone (CarPlay), soit des téléphones Android (Android Auto)

En haut Car Play, en bas Android Auto

L’alignement des couches logicielles et leur interopérabilité permettent de proposer une expérience travaillée pour le véhicule mais également une personnalisation grâce à la connexion au smartphone de l’utilisateur qui contient toutes ses préférences et ses applications favorites.

Dans le cas des visiophones, il faut donc travailler sur :

  • Un système embarqué permettant de gérer les fonctionnalités simples du contrôle d’accès (visio, gâche électrique)
  • Un système agnostique pouvant s’interfacer avec nos smartphones et ainsi pouvoir bénéficier autant de nos préférences et personnalisation que de l’ensemble des applications liées à notre logement (contrôle, gestion des consommations…), bâtiment (incident, communication du syndic…) ou quartier (évènements, horaires et temps de transport…)

[EDIT du 10/10/18 suite à la keynote de Google]

Un premier pas vient d’être réalisé avec le Home Hub de chez Google ! Nous ne pouvions pas être plus dans l’actualité !

Mais le prix dans tout ça ?

Aujourd’hui, le marché est trusté par des leaders comme Urmet ou Comelit dont les coûts d’achat et d’installation semblent démesurés par rapport à la valeur ajoutée des produits. Il en va de même pour les nouveaux acteurs comme Legrand ou Somfy qui proposent des visiophones connectés à des montants allant de 400€ jusqu’à 760€ !

Lorsque nous constatons, sur une verticalité fonctionnelle, une si grande différence entre le prix et la valeur ajoutée du produit, comme l’étaient les GPS intégrés aux voitures et leurs mises à jour onéreuses avant l’arrivée des smartphones, cela permet à des entreprises ou des mastodontes comme les GAFA de se positionner tout en proposant de nouveaux business modèles. Et tout cela, en relayant les acteurs historiques aux fonctionnalités les plus basiques, ici : les platines de rue qui devront à terme, être totalement interopérables pour permettre à d’autres systèmes de s’y connecter afin de rajouter une surcouche intelligente.

L’utilisateur final, qui attache de plus en plus d’importance à la personnalisation et l’esthétique de son logement, ne sera donc plus dépendant d’un choix imposé par son promoteur et pourra donc choisir un produit grand public simple à mettre en oeuvre, en fonction de ses besoins (nombreuses livraisons, services à la personne), ses attentes (services de proximité, e-concergieries…) et son budget l̶e̶ ̶v̶i̶s̶i̶o̶p̶h̶o̶n̶e̶  l’écran intelligent qui lui correspondra le mieux.

Vous avez (beaucoup) plus que les offres existantes… pour moins cher !
Lono vous permet de construire dès aujourd’hui, des logements prêts à accueillir les services de demain.

fermer la vidéo